La dernière entente du gouvernement avec la FMSQ : un autre cadeau pour les spécialistes

    23 décembre 2019Médecins québécois pour le régime public a historiquement soutenu un gel de la rémunération globale des médecins, et a dénoncé l’indécence des hausses négociées dans les dernières années. Selon les chiffres de la RAMQ, en moyenne, un médecin spécialiste a vu son salaire bondir de près de 60% dans les quinze dernières années (environ 164 000$ de plus annuellement)1. Ces sommes proviennent de la même enveloppe qui finance le système de santé dans lequel nous travaillons tous. MQRP croit fermement à l’importance de redistribuer la richesse et particulièrement à la nécessité de réinvestir pour améliorer la qualité et l’accès des soins à la population québécoise.

    MQRP soutient que les négociations à huis clos entre fédérations et ministère sont archaïques et dépourvues d’imputabilité sociale. En effet, ces négociations ne se concentrent pas seulement sur la rémunération médicale, mais s’attaquent aussi à l’organisation des soins. S’il est primordial que les médecins participent aux débats sur la réorganisation des soins, ce n’est sûrement pas à eux seuls de décider des changements nécessaires. L’amélioration de l’accès aux soins ne passe pas seulement par une majoration de la rémunération médicale. L’opacité des chiffres servant aux dernières négociations entre la FMSQ et le ministère est un non-sens et ne permet pas une réflexion sociétale honnête ni un débat social accessible et démocratique sur les enjeux de l’accès aux soins et de la rémunération médicale.

    Un article publié dans le Le Devoir le 11 décembre dernier fournit quelques détails sur les modalités de cette entente de 1.6 milliards de dollars sur 4 ans2. En résumé, elle ne se traduira pas par une baisse du salaire des médecins spécialistes, ni même par une réelle annulation des hausses récemment consenties. On prévoit récupérer les sommes par “la réduction des actes superflus, […] la diminution des fonds prévus pour les coûts de système et des frais médicaux-administratifs”. De plus, l’article nous informe que les sommes dégagées par l’entente ne seront réinvesties qu’en médecine spécialisée, laissant encore la première ligne en disette, alors que c’est en amont qu’il faudrait réinvestir pour améliorer la santé de la population. S’il faut souligner la volonté du gouvernement et de la FMSQ de se pencher sur la pertinence des soins, la création de l’Institut de la pertinence suggérée par cette entente nous apparaît problématique. Quel en sera exactement le mandat? Ne devrait-on pas déjà défendre la pertinence de soins comme une bonne pratique clinique plutôt que de s’en servir comme prétexte de réduction des coûts? La moitié des membres seront des médecins siégeant à la FMSQ. Comment s’assurer qu’ils ne prônent pas leurs propres intérêts et une potentielle ingérence de la FMSQ dans les affaires publiques?  

    Pour MQRP, il s’agit d’un discours fallacieux qui n’est qu’artifice.

    1. Selon des calculs réalisés par MQRP avec des données provenant de la RAMQ.
    2. https://www.ledevoir.com/politique/quebec/568861/pas-de-veritable-baisse-de-salaire-pour-les-medecins-specialistes