COMMUNIQUÉ – MQRP revendique la nationalisation des CHSLD et l’extension de la Loi canadienne sur la santé

    28 avril 2020

    Montréal, le 28 avril 2020 – Le regroupement Médecins québécois pour le régime public (MQRP) applaudit la réflexion de ramener dans le giron public les CHSLD québécois. Cependant, aux grands maux, grands moyens : comme le propose l’IRIS dans son billet du 24 avril dernier, il faut en finir avec la gestion privée à but lucratif et nationaliser tous les CHSLD, qu’ils soient conventionnés ou non.

    MQRP croit que le gouvernement devrait réintégrer la mission de service public au cœur du système de santé. Si les gouvernements soutiennent que l’ampleur de la pandémie a pris tout le monde par surprise, il est à noter que nous préconisons depuis des années une réflexion honnête sur la dérive privée des soins aux aînéEs. En ce sens, nous appuyons aussi une extension de la Loi canadienne sur la santé pour couvrir ces soins et l’augmentation massive de fonds fédéraux qui devrait en découler. Rappelons que cette loi n’est qu’un véhicule de financement et d’harmonisation des standards à travers le Canada qui n’empiète aucunement sur les compétences des provinces. Elle ne fait que s’assurer de la mise en œuvre par ces dernières des principes cardinaux que sont la gestion publique, l’intégralité, l’universalité, la transférabilité et l’accessibilité des soins. Ces principes allant de soi dans un système public fort, la promesse du Québec d’y adhérer ne devrait pas incommoder un gouvernement qui voudrait réellement s’attaquer aux problèmes criants révélés par la pandémie de la Covid-19. En cette situation inédite de crise sanitaire, il est évident que notre système public de santé a plus que jamais besoin de collaboration et de complémentarité. Les effets pervers de la privatisation, du sous-financement des deux paliers gouvernementaux, et de l’accumulation des réformes administratives accentuent malheureusement le drame qui s’y déroule ces jours-ci.

    La crise sanitaire a par ailleurs également mis en lumière de nombreuses problématiques découlant de la prestation privée de soins pour les aînéEs en perte d’autonomie. Prodiguer la meilleure qualité de soins possible apparaît incompatible avec la recherche première du profit : cela mène inévitablement à une dégradation des conditions de travail des soignantEs, une baisse de la qualité des soins et un effritement de l’offre des services. Nous réitérons qu’un système public uni, fort et bien financé est la seule solution permettant de réellement améliorer la qualité des soins aux aînéEs et aux personnes vulnérables.

    Enfin, MQRP appuie aussi la nécessité d’investir davantage dans les soins à domicile, dont les ressources sont actuellement largement insuffisantes. MQRP réclame que les soins à domicile soient bonifiés et continuent d’être couverts par le régime public d’assurance-maladie et s’oppose au financement privé des services d’aide aux AVQ, quel que soit le revenu des patients.

    *

    MQRP  est une organisation formée de médecins, de résidentEs et d’étudiantEs en médecine. MQRP regroupe près de 500 membres voués à la défense et à l’amélioration de notre système public de santé. Sa démarche se fonde sur les réalités de la pratique quotidienne de la médecine, l’analyse de données de la littérature scientifique et de l’économie des systèmes de santé et sur le dialogue interdisciplinaire.