Non classé

Pas de panier percé en santé !

Le conseil d'administration de MQRP

31 juillet 2018 — Le panier de services en soins de santé offert par le régime public a beaucoup rétréci depuis les débuts de la carte soleil. Or, il est encore une fois menacé de se rétrécir davantage avec la situation actuelle des négociations entre le ministre Barrette et l’Association des chirurgiens-dentistes du Québec (ACDQ). Près de 620 000 enfants et prestataires d’aide sociale pourraient être privés de soins dentaires d’ici un mois.[1]

L’historique des services dentaires au Québec est probablement un des exemples les plus éloquents de la lente déconstruction du régime d’assurance-maladie. Rappelons que seulement huit ans après avoir intégré les soins dentaires à tous les enfants en 1974, le gouvernement québécois décide de retirer cette couverture aux enfants de 13 à 15 ans. À peine dix ans plus tard, en 1992, il décide de la restreindre encore davantage en excluant cette fois les enfants âgés de 10 à 13 ans. Actuellement seuls les enfants de moins de 10 ans ainsi que les prestataires du programme d’aide sociale sont assurés par la RAMQ, et cette assurance n’est que partielle.  Les traitements curatifs de base et les procédures diagnostiques sont couverts, mais aucun service dentaire préventif comme le nettoyage ou le détartrage n’est inclus. Pour ce qui est du reste de la population, plusieurs ont recours à une assurance dentaire privée ou contractée par un tiers (liée à l’emploi), mais les autres doivent payer de leur poche.[2]

MQRP réitère ses recommandations quant à la bonification des services assurés. Nous supportons les demandes de l’ACDQ à l’effet que « le régime public devrait être amélioré » [3], et donc que davantage de services dentaires soient inclus dans l’entente, plus particulièrement des services de préventions. Si nous croyons fermement qu’il faut élargir la couverture publique aux soins dentaires, MQRP milite aussi pour que les autres professionnels de la santé (physiothérapeutes, ergothérapeutes, psychologues, orthophonistes, nutritionnistes, service social) soient priorisés pour l’amélioration du régime public de santé.

[1] http://www.lapresse.ca/actualites/sante/201807/26/01-5190877-les-dentistes-se-retirent-du-regime-de-soins-dentaires.php

[2] https://mqrp.qc.ca/?publication=pour-une-collaboration-publique

[3] https://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/gravel-le-matin/segments/entrevue/80978/dentiste-chirurgien-serge-langlois-regime-public