Campagne

Financement à l’activité

Le financement à l'activité (FAA) est un nouveau mode de financement des hôpitaux qui semble avoir la faveur des gouvernements québécois. Mais est-ce vraiment la panacée ?

Le financement à l’activité (FAA) est un mode de financement par lequel un hôpital reçoit pour chaque épisode de soins, un tarif établi à l’avance, supposé couvrir l’ensemble des services dispensés pour un diagnostic donné, et ce, indépendamment des coûts réels pour un patient donné.

Ce nouveau mode de financement semble avoir la faveur des gouvernements québécois et une révolution s’annonce. Cependant, pour Médecins québécois pour le régime public, ce dernier pourrait avoir des effets néfastes sur les soins aux patients, notamment en favorisant les maladies « rentables » au détriment des besoins plus complexes des personnes vulnérables.

Ce mode de financement prétend appliquer le principe que l’argent suit le patient, mais en réalité, il est similaire au paiement à l’acte pour les médecins, pourtant décrié ailleurs : l’argent accompagne ponctuellement les soins donnés à l’hôpital au patient, à l’exclusion du reste.

Or, non seulement ce mode de financement serait coûteux à implanter, mais il alourdirait la gestion hospitalière, sans toutefois améliorer la qualité des soins ni régler les problèmes réels affectant nos hôpitaux. Il risque aussi d’avoir pour effet d’augmenter les activités cliniques ayant moins d’impact sur la santé, mais permettant d’augmenter les revenus des hôpitaux.