Communiqué

Commentaire : Le financement des hôpitaux par activité

Pour informations, contacter
Marie-Alberte Soudan
514 638-6659
info@mqrp.qc.ca

10 octobre 2012 — Le « financement par activité » des hôpitaux était formellement à l’agenda du gouvernement libéral au Québec sans avoir fait l’objet de consultations auprès de l’ensemble des soignants impliqués. Lors de son dernier budget, l’ancien ministre des Finances, Raymond Bachand, avait simplement annoncé la formation d’un groupe d’experts pour formuler d’ici le printemps 2013 des recommandations afin d’implanter le FPA. Ce groupe mis en place sera présidé par Wendy Thompson, l’une des signataires du rapport présenté à l’Association médicale canadienne par le Groupe consultatif sur les options de ressourcement pour des soins de santé viables au Canada, juillet 20111, qui préconise notamment de reconnaître la valeur de la concurrence et de discuter d’un éventail de façons de financer les services, dont les frais d’utilisation, les franchises et divers régimes d’assurance.

Dans certaines provinces canadiennes comme la Colombie-Britannique et l’Ontario, le FPA est à se mettre en place dans les hôpitaux, mais encore pour une très faible proportion des budgets. Le FPA est aussi implanté dans plusieurs pays européens et en Australie. Ses conséquences sont semblables entre les pays sur le plan clinique, mais distincts sur le plan administratif selon la proportion de privé impliquée dans leur régime de soins respectif.

Ce commentaire a été rédigé par la docteure Saïdeh Khadir, avec la collaboration de Lucie Dagenais. Il a été publié le 10 octobre 2012 dans le magazine L’actualité médicale.